News & Land

Par défaut

Une petite présentation ?

Solène est brune, discrète et passionnée d’audiovisuel.

Héloïse est blonde, bruyante et s’endort devant les écrans.

Mais lorsque Solène rencontre Héloïse en classe préparatoire, le duo prend forme au fils des heures passées côte à côte. Après la prépa, Héloïse s’engage dans des études de philosophie et de droit de l’environnement tandis que Solène se dirige vers la communication et le marketing. Quatre années après leur rencontre, elles décident de prendre une année de césure pour créer un projet de toutes pièces : News&Land.

Pour tous ceux qui ne connaissent pas encore votre projet, comment est ce que tu résumerais votre aventure ?  

News and Land c’est une aventure un peu folle mais simple : un voyage 100% électrique pour aller à la découverte des initiatives de développement durable, en Nouvelle Zélande.

Comment est ce que cela vous est venu à l’idée ?  

Solène et moi nous sommes rencontrées en première année de prépa. Après, on a bifurqué chacune de notre côté : moi dans le droit de l’environnement et Solène dans le cinéma et la photographie. J’étais partie du constat comme quoi beaucoup de gens, même sensibilisés, ont beaucoup d’idées préconçues sur les questions environnementales. J’ai essayé d’y remédier en mettant mes cours en format vidéo de 2 minutes et en essayant de rallier d’autres élèves de mon cursus au projet. Un soir, Solène m’a proposé qu’on fasse quelque chose ensemble. Mais pour que les gens s’intéressent à nos vidéos, il nous fallait une histoire. C’est de là qu’est parti l’idée du voyage en électrique. On a pensé à l’Europe du Nord, mais on ne voulait pas renforcer l’image typique de la Scandinavie très écolo et toujours en avance. Solène a proposé Nouvelle Zélande, où un voyage en électrique prenait tout son sens : je n’aurais pas fait un voyage en électrique en France mais là-bas c’est vraiment le terrain rêvé, notamment parce que plus de 80% du mix énergétique est issu de sources renouvelables.

 voatur.jpg

 

Quel est l’impact principal que vous espérez avoir avec votre voyage ?

Il y en a plusieurs. Tout d’abord, on souhaite soutenir un mouvement de citoyens néo-zélandais qui promeut les véhicules électriques car la situation de leur pays est vraiment idéale. La densité de population est faible : seulement 4 millions de personnes dans l’ensemble du pays ! Leur mix énergétique est très propre avec plus de 80% provenant des énergies renouvelables. Et pour couronner le tout, le réseau électrique est assez solide pour supporter 3 millions de voitures.

Ensuite, le but du voyage est aussi d’aller à la rencontre de gens qui agissent dans différents secteurs du développement durable et leur donner plus de visibilité. En mettant en avant toutes ces initiatives, on espère participer à la création d’un réseau qui les relie et leur permet de s’entraider. On cherche aussi à éventuellement inspirer des futurs entrepreneurs à l’étranger avec toutes ces idées.

discussion

 

Et une fois rentrées, comment est ce que vous voulez valoriser la matière brute que vous aurez accumulée ?

On a un partenariat sur place avec une agence de statistique pour pouvoir leur fournir des indications sur les endroits en manque d’infrastructures et sur les capacités réelles de notre véhicule en fonction des conditions météos et autres critères. Etant donné que nous allons notamment être accueillies par des particuliers qui utilisent des voitures électriques, l’idée est de les inciter à participer également à cette base de données.

A notre retour, toutes les images et témoignages que l’on aura rassemblés nous permettront de créer un documentaire. Des projections de notre reportage à la Sorbonne et dans nos villes respectives sont prévues. Avec le versant plus « blog de voyage » on espère toucher un public jeune et pas forcément sensibilisé aux questions environnementales.

La transmission, c’est un élément central de notre projet. C’est pour ça qu’on a aussi mis en place un partenariat avec des collèges en France et en Nouvelle Zélande. Les enfants français ont écrit des lettres pour les néo-zélandais et partagent des contenus sur le sujet : « un geste du quotidien pour réduire son impact sur l’environnement » .

Pour toi, qu’est ce que c’est que la mobilité propre ?

Déjà, c’est des transports comme le vélo ou les transports en communs et le covoiturage. Je ne sais pas exactement à quoi la mobilité propre ressemblera, mais je trouve que le discours actuel présente trop l’électrique comme solution miracle.

Certes, on part en van électrique en Nouvelle Zélande, mais uniquement parce que dans cette situation précise c’est une solution vraiment bénéfique. En France, avec notre mix énergétique, d’autres solutions pourraient être beaucoup plus logiques. Pour le paysan du Larzac, il y a d’autres alternatives plus adaptées comme le bio fuel par exemple !

plein

 

Sinon, est ce que tu pourrais partager un peu plus sur le processus que cela a été de construire un projet pareil ?

 Au tout début, on est parties d’un projet assez vague. On s’est ensuite inspirées d’autres voyages comme Trêve, Cycle to recycle ou EcoSailing. Après, on a commencé à tâter le terrain en rédigeant une brochure que l’on a distribué au salon    de l’auto pour voir les réactions et le degré d’intérêt des concessionnaires automobiles. On a eu des très bons retours, suite à quoi on s’est lancées dans la rédaction du dossier de sponsoring pendant environ 6 mois puis au démarchage. On a décroché notre premier sponsor au bout d’un an. Une étape importante a été de convaincre les acteurs en Nouvelle Zélande pour vraiment évaluer la solidité de notre projet. On a même été publiées dans les médias là bas !

Et enfin, le plus crucial : trouver la voiture. On a fini par décrocher notre véhicule vraiment in extremis, notamment parce que le van aménagé convertible n’existe pas encore ! Par chance, une entreprise de location de campervan, JUCY, était en train de travailler sur un prototype et nous a proposé de tester le véhicule.

fin

Pour suivre leur aventure :

fb.pngFacebook :  News & Land

instaInstagram : newsandland_in_newzealand

siteSite internet (en construction) : newsandland.com

Les animaux ne sont plus des biens meubles

Par défaut

Ce jeudi 30 octobre, les députés ont voté un projet de loi reconnaissant aux animaux le statut d’ « êtres vivants doués de sensibilité ». Initié par une pétition lancée par 30 Millions d’Amis et signée par 700 000 personnes, le projet avait déjà été voté en avril dernier, mais le texte actuel rejette les amendements que les députés écologistes lui avaient fait, souhaitant aller encore plus loin dans la reconnaissance juridique animale. La loi doit encore être examinée par les deux chambres, avant d’être acceptée par l’Assemblée Nationale.

Lire la suite

Pourquoi réformer la PAC ?

Par défaut

*In English below*

Créée en 1957 et mise en place en 1962, la Politique Agricole Commune (PAC) se doit d’être au cœur de l’actualité, puisque sa réforme, initiée en 2013, sera mise en œuvre en 2015. Il est d’autant plus important d’en parler qu’elle se place en tête des politiques européennes en termes de budget, comptant en 2008 pour 43% du budget européen, c’est-à-dire 55,5 milliards d’euros, ou encore 100€ par citoyen et par an. Petit rappel sur ses tenants et aboutissants.

Lire la suite

Paris : vers une interdiction des sacs plastique

Par défaut

*In English below*

Le plastique n’a jamais eu aussi mauvaise presse en France. Il subit déjà une triple pression :

  • Une proposition par la Commission Européenne en 2013 de réduire par 80% la quantité de sacs à usage unique sur le marché européen,
  • Le projet de loi relatif à la transition énergétique, en discussion au Parlement français (article 19 bis)
  • La loi sur la biodiversité de Ségolène Royal, amendée en juin, visant l’interdiction dès 2016 et dans toute la France des sacs plastique à usage unique.

Lire la suite

Grandeur et décadence de l’environnement

Par défaut

*In English below*

Quand la finance s’intéresse à l’environnement… 

Ce début d’année réserve bien des surprises en terme de prise en compte de l’environnement par les grands décideurs de ce monde…

Alors que certains politiques français citent très sérieusement des articles du gorafi.fr , le comité de rédaction du blog a fortement exprimé le besoin de diversifier nos sources…

Lire la suite

« La chasse au rhinocéros noir, une vraie bonne idée »

Par défaut

Dallas, Texas.

Une vente aux enchères un peu inhabituelle s’est déroulée le 11 janvier : celle d’un permis de chasse au rhinocéros noir en Namibie, pour la modique somme de 350 000 dollars (environ 8500 années de photocopies à la bibliothèque de Sciences Po). Organisée par le Dallas Safari Club c’est à la Namibie que sont revenus les profits de la vente.

Lire la suite